En France, dans une banlieue pavillonnaire en 2035. Les institutions et réglementations ont opéré quelques changements après une prise de conscience progressive des individus et des décisions inédites de plusieurs gouvernements suite à la COP21 de 2015. Nous avons imaginé la journée type d’une mère de famille de 45 ans, gestionnaire du jardin potager partagé de son quartier, Cindy. La forme de notre article de blog prend celle d’une newsletter de la ville fictive, Villeneuve, où elle vit avec sa femme et leurs enfants Léa et Thomas. Cette newsletter annonce que c’est la famille I qui a remporté le prix de la maison de l’année 2035, car leur maison est un exemple d’ autonomie et de respect de l’environnement.

Bannierevilleneuve1

La maison gagnante de 2035 !
La maison gagnante de 2035 !

Le 5 septembre, la mairie de Villeneuve a décerné le prix de la maison de l’année 2035 à Cindy I. et sa famille. Petite présentation de la gagnante :

Céline I
Cindy I

Cindy, 45 ans, bénévole au le jardin potager partagé de la Villeneuve, vit dans son pavillon avec sa femme Laetitia et leurs enfants Léa et Thomas. Elle a fait construire sa maison à la fois écologique et connectée il y a 5 ans par Monsieur Thomson ingénieur habitat chez Apple.

Cindy nous parle de sa maison 3.0

 

  • Avez vous toujours eu une sensibilité pour l’écologie ?

Non pas vraiment, pendant mon enfance on n’était pas « branché » écologie. Je faisais le minimum du tri, je fermais le robinet ou j’éteignais la lumière derrière moi mais ça n’allait pas plus loin que ça ( Enquête sur les attitudes et comportements écologiques des français en 2010) ! Mais maintenant j’ai changé, je sens que mes enfants sont beaucoup plus sensibles à ça. Dans ma vingtaine, je me suis rendue compte que même les gestes du quotidien et notre manière de vivre avaient un impact global. Contrairement à avant, ma conscience écologique n’est plus une contrainte mais s’est vraiment intégrée à ma vie. C’est tout notre environnement sociétal qui est devenu écolo et de fait, les gens.

  • En quoi peut-on qualifier votre maison de 3.0 ?

Notre maison est sans conteste une maison domotique ! Avec une seule application que l’on peut retrouver sur son téléphone, sa tablette, son ordinateur, ses lunettes Google, sa montre connectée… On peut non seulement fermer les volets, contrôler la température, allumer le four, programmer la télé mais aussi consulter la consommation d’eau, de déchets, le rendement de ses panneaux solaires… Nous avons ce qu’on appelle une IHouse ! Une maison intelligente, connectée, centralisée, presque comme un ordinateur.

PANNEAU
Application et image imaginées par nous-même

La domotique est devenue un incontournable pour avoir une meilleure gestion de ses déchets et de l’énergie. Ces nouveaux procédés installés chez nous nous permettent d’avoir une meilleure visibilité pour agir simplement pour des gestes écocitoyens sans même que l’on en soit conscient.

Le solaire photovoltaïque permet de produire de l’électricité alors que le solaire thermique permet de produire de la chaleur grâce au rayonnement du soleil.

source : www.panneausolairephotovoltaique.fr
source : www.panneausolairephotovoltaique.fr

Au delà de 23 degrés, la maison stockent l’énergie accumulées grâce aux capteurs solaires thermiques et l’utilise quand la température de la maison est sous 23 degrés. C’est nous qui choisissons quand déclencher le chauffage ou non et tout cela grâce à un thermostat intégré dans la maison. Même si nous habitons dans une région nuageuse ou pluvieuse, les rayons du soleil passent toujours et cela n’empêche en rien la production notre propre électricité. Les panneaux photovoltaïques installés sur les toits n’ont besoin d’aucun entretien mais il est préférable de vérifier de temps à autre sur l’onduleur et le compteur. (L’onduleur est ce qui permet de transformer le courant produit par des panneaux solaires en courant alternatif compatible avec le réseau électronique EDF.)

 panneaux solaire
panneaux solaire

Ils ne craignent ni l’orage, ni la neige car les matériaux utilisés ont été conçus pour résister aux fortes intempéries.

Nos panneaux sont garantis au minimum 25 ans.

L’énergie emmagasinée est stockée en un point commun (zone centralisée) situé au sous sol. On pourrait dire que c’est le cœur de la maison. C’est ici que l’énergie est redistribuée partout dans notre pavillon.

D’ailleurs depuis 2020, toutes les maisons construites doivent être dotées de toit photovoltaïque et solaire thermique. C’est une mesure qui a été prise après la COP21.

Douche infinie
Douche infinie installée chez Cindy

Il y a aussi l’eau qui est recyclée grâce à des nano-capteurs « invisibles » qui nous permettent d’économiser l’eau. Ils sont installés au cœur des canalisations pour détecter les éventuelles fuites d’eau. Ils sont capables de transmettre au terminal des infos concernant la variation de la consommation d’eau et des possibles fuites. Grâce à eux, on peut prendre ce que l’on appelle des douches infinies. Notre maison récupère l’eau en temps réel lors d’une douche pour éviter le gaspillage. Elle la recycle et la filtre presque instantanément. On utilise donc dix fois moins d’eau et d’énergie qu’une douche à « l’ancienne » (voir les chiffres recueillis par eaufrance). En plus, on peut en profiter et rester plus longtemps à se détendre sous l’eau chaude. Ce concept a été inventé par ingénieur finlandais de 29 ans à l’époque, Jason Selvarajan, qui l’avait présenté lors de la COP21 en 2015. Le même système est installé dans toute la maison en ce qui concerne la consommation d’eau. Donc la vaisselle, le jardinage, les robinets… Toute l’eau qui n’a pas été trop « polluée » est recyclée par notre maison.

 

schéma douche infinie

source : showerloop.org

 

poubelle connectée
poubelle connectée source : genican.com

Pour finir nous avons également notre poubelle qui dispose de capteurs. C’est grâce à la chaleur dégagée par les déchets organiques que la maison et plus particulièrement, la poubelle, sait quand il y a suffisamment d’énergie pour qu’elle soit repartie dans notre pavillon (en général de l’ordre de 2 à 3 jours). C’est grâce au méthane dégagé que l’on obtient du biogaz (par la combustion du méthane dans des moteurs thermiques). Le bio gaz est un gaz naturel et donc non polluant. Nos poubelles sont aussi dotées, je vous rassure, de contenant hermétique, qui permet de retenir les fortes odeurs.

Ainsi sur nos écrans, il est affiché le poids des déchets présents, l’équivalent en carburant pour la voiture (X kilos = X litres de carburant = X temps d’autonomie). Notre voiture Google est une voiture à recyclage. Elle n’a plus besoin d’électricité ou d’essence, elle fonctionne uniquement avec les déchets générés par les membres de la famille : textiles, alimentaires, emballages : tout est un carburant potentiel pour gérer de l’énergie pour la voiture.

google-car-prototype
La voiture Google en 2015
Les voitures Google de 2035 peuvent avoir le design que l'on souhaite.
Les voitures Google de 2035 peuvent avoir le design que l’on souhaite. Une Delorean pour les fans de Retour vers le futur !

 

 

 

 

 

 

 

 

  • En quoi la maison de votre enfance est-elle différente de la maison de vos enfants?

Déjà aujourd’hui ma maison est entièrement connectée. Quand j’étais petite mes parents se rendaient compte de ce qu’ils avaient consommé grâce à la facture EDF qui d’ailleurs n’existe même plus. (Vous pouvez consulter les objectifs de développement de EDF pour 2030). Maintenant tout est immédiat, on se rend compte de nos dépenses énergétiques en direct et du gaspillage qu’on peut faire. Tout est plus immédiat et cela permet de se rendre compte de l’impact positif et négatif que l’on peut avoir sur la planète. Apple l’a bien compris et c’est pour cela qu’elle a construit autant de maisons aujourd’hui et Google s’est imposé sur le marché de l’automobile avec son idée novatrice !

  • La maison 3.0 est-elle un modèle idéal pour y élever une famille ?

Oui, parce qu’elle permet de vivre de façon civique et juste, sans être un citoyen trop polluant. Nos enfants ont pris conscience de leur impact sur la terre depuis tout petit mais sans que cela les empêche de pouvoir vivre leur enfance tranquillement. On pourrait presque dire qu’ils ont une sensibilité écologique presque « innée ». (Vous pouvez consulter l’étude du Crédoc sur les intentions écologiques des français en 2011). C’est ancré dans leur mode de vie, ils ne réfléchissent pas à « est-ce que je pollue là ? ». C’est la maison qui signale si il y a un excès. Et franchement, ça n’arrive pas souvent, surtout de la part des enfants. Ils ont un comportement très citoyen sans qu’on les tannent avec une certaine attitude à avoir. C’est surtout en ça qu’ils sont très différents de moi enfant. Moi, je voulais être écologique mais parfois c’était pénible alors je jetais l’éponge. Notre maison leur inculque l’écologie, l’attitude citoyenne sans que cela représente une contrainte pour eux.

Le jardin potagé de Villeneuve
Le jardin potager de Villeneuve

L’ AVIS DE L’ INGÉNIEUR URBANISME DE VILLENEUVE

Monsieur X
Monsieur Henri

Ce nouveau type de maison écologique qui a commencé à voir le jour dès les années 2015 est maintenant plus répandu. Elle regroupe technologie et écologie, c’est le modèle parfait pour préserver l’environnement et qualité de vie. De plus, cette maison connectée peut être comparée à un organisme: on doit la nourrir avec différentes formes d’énergie. Notamment avec les déchets organiques dit fermentescibles que l’on dépose dans la poubelle ou encore avec les panneaux solaires qui captent l’énergie des photons.  Tout cela géré depuis des bases de données qui renvoient l’information sous une forme beaucoup plus simpliste.  Je pourrais dire que c’est la maison idéale !

Si vous aussi vous pensez que votre maison peut remporter le prix de la Maison de l’Année, n’hésitez pas à vous inscrire dès maintenant pour l’année 2036 en mairie ou en cliquant sur  formulaire en ligne  !


Twitter-icon.pngfacebook-logo Suivez-nous sur les réseaux sociaux

 

bannierefin-villeneuve1