Article source: L’humain, la machine, l’émotion et le créateur (The Conversation) 

Nos concitoyens laissent de plus en plus aux machines le soin de réaliser des tâches qui, lorsqu’ils les réalisaient eux-mêmes, contribuaient à développer leur mémoire et leur vivacité intellectuelle, paramètres qui interviennent dans les performances de QI.

L'homme machine (Julien WOLGA - Youtube)
L’homme machine (Julien WOLGA – Youtube)

Depuis une dizaine d’années, les recherches en interaction homme machine (IHM) explosent. De l’écran tactile multipoints à l’aide aux personnes handicapées et aux supports à l’interprétation des grands volumes de données, ces recherches visent à révolutionner le rapport entre l’homme et la machine. Comme le dit Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) au travers de cet article, il y a un investissement du domaine avec 5 équipes qui font aujourd’hui de l’institut l’un des grands centres de recherche sur l’interaction Homme-Machine.

 

 

L’Homme-machine

Grâce à des systèmes mimant certains principes de fonctionnement, ces dispositifs gardent la mémoire des tâches qu’ils réalisent et des problèmes rencontrés, ils peuvent le cas échéant interagir avec d’autres ensembles de même type auxquels ils sont connectés, et accroître de la sorte et de manière autonome leurs performances, élargir le spectre de leurs possibilités. A terme, (ils) ne dépendront plus obligatoirement de l’intervention humaine.

C’est pourquoi la machine est désormais appelée à l’emporter sur les meilleurs spécialistes concernés. En effet, aucun médecin, même le plus perspicace, doté d’une expérience exhaustive, ne pourra jamais à terme, pour parvenir au diagnostic difficile d’affections exceptionnelles qu’il n’a encore jamais rencontré, rivaliser avec des systèmes informatiques auto évolutifs.

Pour un nouveau médecin, l’intelligence artificielle permet – ou permettra de prendre des décisions plus rapides. Un des exemples utilisés dans un des articles du JDN est celui de l’administration de médicaments. Le logiciel d’intelligence artificielle donne :

Etat général du malade, espérance de vie, âge… Les facteurs à prendre en compte pour décider de prescrire ou non le traitement sont multiples.

 

 

Une émotion artificielle?

L’intelligence artificielle est au cœur de nombreuses recherches de nos jours. Il y a des avis différents sur la prochaine étape que devrait entre prendre les recherches : notamment 15403205_1383501698327965_1089301061_nle bloggeur Stéphane Gaufre.  Ceci étant dit, beaucoup de développeurs s’intéressent au prochain créneau de l’évolution. Dernièrement, c’est la compagnie d’applications mobiles Uber qui commence à investir dans l’intelligence artificielle. Selon cet article, Uber a ouvert un laboratoire dédié à la recherche sur l’intelligence artificielle.

Un autre enjeu important pour la robotique et l’intelligence artificielle reste l’émotion. Selon un autre article de The Conversation, on se demande si les robots peuvent exprimer des émotions. On ne sait pas tellement si les machines peuvent ressentir ces choses – la douleur, le bonheur, etc. Dans la culture populaire, on retrouve beaucoup cette idée – notamment avec des films comme I, Robot.

 

 

 

La machine n’a pas de corps, mais on peut bien entendu programmer une machine à ressentir des émotions « électroniques » mais on ne peut pas être certains de la signification de ces dispositifs. On ne peut réellement comparer les émotions humaines et robotiques.

Pour finir, intéressons-nous à quelques données concernant les français et leurs relations aux machines. Elles font pleinement parties de nos vies quotidiennes, mais jusqu’où sommes nous prêts à aller?

 

(Pour plus d’informations, visitez ces quelques adresses: Inria, CNRS, I.A par l’Express)

Article source: « She as he, genre et politique » (The Conversation)

7745108557_journee-de-la-femme-la-parite-homme-femme

Quelle est la place de la femme en France, en Europe, dans le monde arabe ? Pour Pascale Boistard, Secrétaire d’État chargée des droits des femmes :

« Il y a sur notre territoire des zones où les femmes ne sont pas acceptées ». Il y aurait, donc, une forme de « morale mal placée » qui conduit à ce que l’espace public, censé appartenir autant aux hommes qu’aux femmes, se retrouverait restreint pour les femmes. Et, donc, « nous, au secrétariat d’État, nous en avons fait un objectif central. Nous avons commencé par agir sur le harcèlement dans les transports, puis nous allons ouvrir la question à un champ plus large »

Egalité homme-femme : le débat politique

Source: Pixabay
Source: Pixabay

Ces dernières années, la question de l’égalité des sexes s’est retrouvée au cœur de nombreux débats sociétaux. Le dernier en date est celui de la campagne à la présidence de la République 2017. En effet, comme rapporte un article paru en ligne sur le Figaro, Alain Juppé et François Fillon ont chacun établi un programme concernant la question. Alain Juppé aurait proposé un programme en quatre axes : « lutter contre les violences faites aux femmes, s’attaquer à la pauvreté et à la précarité, promouvoir une égalité globale de traitement professionnel, renforcer l’égalité dès le plus jeune âge et augmenter la mixité des métiers ». De l’autre côté, Français Fillon propose trois mesures : « des mesures en direction des mères isolées, la nécessité de lutter contre les violences faites aux femmes et de garantir la protection des enfants et l’égalité hommes-femmes ». Parmi les propositions qui ont marqué le paysage médiatique, François Fillon parle de faire « augmenter les délais de prescription de plainte pour les femmes victimes d’agression sexuelle » puisque ces dernières ont souvent besoin de beaucoup de temps avant de porter plainte.

 

La question de la rémunération est centrale. De nombreuses études se font sur le sujet. Sur le site du gouvernement Open Data, on retrouve beaucoup de jeux de données mais celui qui nous intéresse traite des écarts de salaires entre les hommes et les femmes.

 

L’égalité dans l’éducation

Plus généralement, on pourrait citer le site Internet des « Outils pour l’égalité entre les filles et les garçons » qui a pour objectif de rappeler les grands enjeux, à l’école et par l’école, d’une culture de l’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes.

Rappelons, enfin, qu’établir une égalité réelle entre femmes et hommes dans la recherche et l’enseignement supérieur est un défi majeur que l’Europe cherche à relever depuis déjà plusieurs années. Dans cette optique, elle soutient notamment des projets visant à des changements structurels dans la recherche en matière d’égalité femmes-hommes : c’est le cas du projet EGERA.

 

Source: Kaz (Pixabay)
Source: Kaz (Pixabay)

 

 

Le monde du travail : les femmes encore trop peu représentées

Source: BarackObama.Com
Source: BarackObama.Com

Depuis les débuts de la lutte pour l’égalité, peut-on dire que les femmes ont une meilleure situation aujourd’hui ? Ce n’est pas exactement ce que rapporte ce rapport des Nations Unies de 2015. Bien qu’on ne puisse dire qu’on en reste au même point, il serait bien rapide de crier victoire. Il reste encore un long chemin à nos gouvernements pour arriver à cet objectif qui pourtant, ne devrait pas être si complexe à atteindre.

Les femmes restent victimes de violence – physique ou verbale sur leurs lieux de travail. Le cas de l’armée revient de façon récurrente. Bien que la France ait une des armées les plus féminisées (après les Etats-Unis, la Hongrie, Israël et l’Australie), les militaires femmes ne sont pas traitées avec le même respect que leurs homologues masculins. Il y a deux ans, la sortie du livre La guerre invisible (dénonçant la loi du silence concernant les violences faites aux femmes dans l’armée) a provoqué un certain tollé. Aux suites de cette parution, une enquête interne a été lancé au sein du ministère de la défense. Selon ses dires de l’époque, rapporté dans Le Monde, « nous allons rompre la loi du silence partout où elle subsisterait. Affirmer haut et fort la place des femmes au ministère de la défense ».

 

Réseaux sociaux : le nouveau terrain d’affrontement

Source: Clker-Free-Vector-Images sur pixabay
Source: Clker-Free-Vector-Images sur pixabay

Dernièrement, c’est le Tumblr Paye ton taf qui fait parler de lui. Il recense des témoignages anonymes de sexisme sur le lieu de travail. Réflexions sur l’intelligence des femmes, leurs corps, et remarques sexuelles à peine voilées…

De nombreuses féministes se donnent rendez-vous sur les réseaux sociaux pour tenter de faire avancer la cause et donner leurs avis : c’est le cas de JeSuisFeministe  et de Feministing. A travers le monde, il existe de nombreuses icônes – qu’elles soient artistes, femmes au foyer, femmes de ménage… Une artiste qui rencontre un fort succès sur la toile reste Rupi Kaur – la jeune femme de 24 ans a commencé sa carrière en postant ses poèmes empreint de féminisme sur son compte Instagram.  Elle est notamment connue pour avoir posté une série de photos allant à l’encontre du tabou sur les menstruations. La controverse est partie d’Instagram – supprimant la photo, indiquant qu’elle ne respectait pas les règles de vie du réseau social avant de réintégrer ladite image.

Dans la lutte pour l’égalité homme-femme, on peut parler de différents courants, différentes façons d’aborder le changement d’une société patriarcale. D’un côté, les pseudo-événements lancés par les Femen qui garantissent toujours une couverture médiatique importante. Le groupe féministe d’origine ukrainien tend à défendre les droits de femme en s’appuyant sur un « féminisme radical » que les membres appellent sextrémisme. De l’autre, pour le même fond, on se retrouve face au visage doux de Malala Yousafzai – Prix Nobel de la Paix en 2014. L’UNESCO et le gouvernement pakistanais lancent le Malala Fund, fond pour l’éducation des filles en hommage à la jeune femme.

Source: Wikimedia Commons
Source: Wikimedia Commons

 

 

Qu’il s’agisse de mouvements pacifistes ou non, la question de l’égalité homme-femme reste au cœur des discussions sociales et politiques. En plein milieu de la campagne à l’élection présidentielle française, ne reste qu’une question: malgré de belles déclarations, quelles actions concrètes comptent mener les candidats à la Présidence?

Article original : Edgar Morin, Humanisons le transhumanisme !, Le Monde (08.11.16)
Editorialisation : Romain Fameli, Ariana Guerber

 

Le catastrophisme et le transhumanisme constituent les deux futurs antagonistes de notre humanité. Mais ne tombons pas dans les illusions de « l’homme augmenté », estime le sociologue.

Continue reading